Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gérard Poujade

Dans le Doubs, les chaises musicales…

A chaque élection sa surprise… La « surprise » du Doubs est la troisième place de l’UMP. Les guillemets sont de mises car il fallait bien qu’il y ait un troisième ! Mais est-ce l’effet 11 janvier, le candidat socialiste donné éliminé dès le premier tour se retrouve être en lices pour le second Et cela pose immédiatement la question à l’UMP de devoir choisir entre FN et PS ou « ni-ni ».

La véritable surprise est le piège ouvert devant l’UMP. L’été dernier Manuel Valls avait dit que la gauche pouvait mourir, que le PS pouvait disparaître. La question vaut aussi pour l’UMP aujourd’hui. Il existe dans cette formation une partition très fort entre les républicains et les opportunistes. Ces derniers sont très dangereux.

L’éventuelle disparition de l’UMP n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie. Elle signifierait la victoire des opportunistes sur les républicains. Elle signifierait la victoire du camp de la haine sur le camp de la démocratie.

Le champ politique aujourd’hui ressemble à un jeu de chaises musicales ou des masses d’électeurs se déplaceraient à toute vitesse d’un camp à l’autre. La victoire de Syriza en Grèce consacre l’émergence d’une formation en 3 ans. PODEMOS en Espagne, c’est l’émergence en moins d’un an d’une nouvelle formation qui prend des parts d’électeurs aux formations politiques traditionnelles. En France, la marche franchie par le FN, a des traits communs avec ses évolutions. Mais il ya une différence de taille, la progression frontiste est un danger de récession pour la démocratie. Nous payons aujourd’hui très cher la crise de la folie bancaire des années 2007 – 2008, ou le laisser aller financier des années 2000.

J’avais été frappé par un article du Monde remontant à l’été dernier sur un « entrepreneur » allemand qui vivait au Congo (RDC) depuis près de 30 ans. Celui-ci expliquait que ce pays était bel et bien une dictature, et qu’il aimait cela car il y trouvait beaucoup de liberté. Si l’on est du bon côté du pouvoir, si on a les moyens d’acheter le droit, la dictature est le pays de la liberté. Je comprends de quoi il s’agit. Je vois bien dans mes permanences les concitoyens qui, parfois, viennent me demander des abus de pouvoir « ordinaires ». « Pouvez interdire à mon voisin de faire ceci ? », que pouvez-vous faire pour interdire à telle entreprise de se comporter comme cela ? ». Ces variantes là sont fort nombreuses, et l’attente et l’espoir que le maire puisse couper, trancher, juger immédiatement sont grands, souvent au mépris du droit.

La force de tous les partis totalitaires est de faire croire qu’avec eux tout sera possible. C’est une illusion, c’est faux bien sûr. La dictature c’est l’arbitraire, c’est pour celui qui est du côté du pouvoir, c’est uniquement pour celui qui appartient à la caste dirigeante.

Si nous n’y prenons garde, le jeu des chaises musicales arrivera normalement à son terme, celui où il ne reste plus le choix que d’une seule chaise, celui où le libre arbitre et la démocratie auront disparu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Parisot 06/02/2015 09:10

Bonjour,
article d'une grande clairvoyance, décidément je te découvre tous les jours .

cordialement