Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gérard Poujade

le visuel de votre Carte COOPEK

le visuel de votre Carte COOPEK

Ce 3 octobre, la monnaie numérique complémentaire vient de voir le jour. Cette date arrive à l’issue d’un long processus de co-construction d’un projet qui a plus de 5 ans maintenant. En faisant le point de l’ensemble des parties prenantes qui ont collaboré, c’est plus de 2.000 personnes qui ont apporté leur touche au résultat final disponible sur le site à ce jour.

Cette monnaie, qui va couvrir l’ensemble du territoire national, se veut être la monnaie de la transition. Mais me direz-vous comment s’arroger le droit de s’auto déclarer ainsi ? En tout chose, il faut être modeste. Nous avons pointé 4 transitions que nous voulions vraiment mettre en avant, ce sont les transitions :

  • Energétique,
  • Alimentaire,
  • Carbone,
  • Sociale.

Pourquoi celles-ci, pourquoi pas d’autres ?

Dès le tout départ, cette monnaie a été imaginée comme un outil de lutte contre la pauvreté. Mais il s’agit là d’une ambition qui est prétentieux de mettre en avant, car si nous voulons contribuer à lutter contre la pauvreté, nous imaginons mal être LA solution à toute pauvreté.

Nous voulions donc permettre une transition. Rapidement dans les facteurs qui accentue la pauvreté, la question de la précarité énergétique est apparu comme une évidence. Lorsque l’on observe les mouvements autours des jardins partagés, des AMAP, des incroyables comestibles ou de la ruche qui dit oui, nous a renvoyé la question de l’alimentation et de sa qualité. En pleine COP21, pouvait-on ne pas regarder du côté du carbone ? Enfin, la montée des intolérances, des mouvements nationalistes en parallèle à grandes détresses économiques nous a conduit à réfléchir du côté de l’investissement social.

Mais s’il est une chose de faire un pareil diagnostic, comment une monnaie complémentaire peut-elle contribuer à mener cette transition ? Par l’investissement.

La monnaie COOPEK va être une monnaie de consommation. Par cela, il faut comprendre qu’il sera possible pour tout un chacun d’acheter des COOPEK pour pouvoir aller faire des courses dans les entreprises qui accepteront ce moyen de paiement.

Mais les masses mises en circulation ne seront jamais aussi importantes si nous ne mettons pas en circulation des COOPEK par le biais d’investissements. Et c’est la SCIC COOPEK veut proposer des solutions différentes.

Nous voulons pouvoir proposer des solutions d’investissements dans des configurations bien particulières :

  • Financer le développement ou l’installation de maraîchers en AMAP,
  • L’installation de solution d’auto consommation collective d’électricité
  • L’installation de magasins bios
  • Le financement d’entrepreneur salariés dans le cadre de coopératives d’activité et d’emploi.
  • La construction de logements sociaux ou logements de fonction.

En fait nous voulons aider à cet investissement qui nous mène vers un autre futur possible et souhaitable. Ces « crédits COOPEK » ne s’adressent qu’à des personnes morales (entreprises ou associations). Mais nous sommes convaincus qu’ils vont pouvoir apporter une source nouvelle de financement et de développement d’un autre type d’activité.

Voilà pourquoi, il faut adhérer et participer au COOPEK. Chaque fois que vous adhérerez, plus tard que vous achèterez des COOPEK, vous contribuerez à ces transitions. En plus, bous bénéficierez de petits avantages que je vous laisse le soin de découvrir sur le site.

www.coopek.fr

Les prochains articles :

Pourquoi une monnaie numérique ?

Quelle complémentarité avec les initiatives locales ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article