Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Université d'été de la Rochelle

27 Août 2010 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #France

Pour tous les malchanceux qui ne pourront pas être sur les rives de l'Atlantique :

L'université d'été en direct

A partir de 14 h ce vendredi, jusqu'à dimanche 13 h

Lire la suite

L'argent... propre

26 Août 2010 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Midi-Pyrénées

IMG 0187Le Conseil Régional de Midi-Pyrénées vient de prendre une délibération pour ses prochains appels d’offres sur les marchés bancaires. Je compte faire prendre le même type de délibération au sein de mon Conseil Municipal.

Qu’en est-il ?

Nous avons pris la décision de ne pas attribuer de marchés aux organismes qui développeraient des activités dans les paradis fiscaux..

L’objectif est de pousser nos établissements bancaires à regarder de plus près dans les sables fins des pays qui proposent cette évasion fiscale scandaleuse.

Je ,e sais pas à ce jour quelle va être la répercussion de cette délibération. Mais, le Conseil Régional d’Ile de France a pris la même. Si un grand nombre de collectivités fait de même, le jour où il y aura un premier marché en France refusé pour cette raison là, cela fera les titres des journaux, je vous le promets.

Alors si vous souhaitez que cela se passe très vite, faites en sorte que le plus grand nombre de collectivités en fasse de même, touchez-en un mot à votre maire ou à un de ses conseillers municipaux.

Si tout va bien la délibération devrait en ligne sur le site de la mairie du Séquestre d’ici l’automne.

Lire la suite

Et maintenant le blé... en attendant de se faire rouler dans la farine

13 Août 2010 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

bleLe cours du blé s’envole : plus 60% en quelque semaines. A la base les incendies russes qui affecteraient les quantités de stocks disponibles chez le 3° exportateur mondial.

Mai à y regarder de plus près, les faits deviennent… plus agaçants.

Tout d’abord, je sui toujours agacé quand le seul avis autorisé est celui de la Goldman Sachs qui a été une des principales protagonistes dans l’affaire des subprimes (lire l’excellent article de Marianne de la semaine passée). La banque d’affaires ( je ne sais plus comment il faut comprendre le mot affaire), indique que les marchés ont sur réagi.

Mais à croiser plusieurs articles dans différents journaux, on apprend que des fonds de pension se sont invités dans la partie spéculative en cours, que des fonds souverains seraient aussi sur le coup.

A toujours recouper les informations, les premiers perdants seraient… mais oui des agriculteurs. Le secteur qui est le plus fortement impactée par cette hausse du prix du blé est celui de l’alimentation animale. En clair tous les producteurs de « viande » auront des coûts de production plus élevés et une quasi incapacité à pouvoir négocier leurs prix de vente à la hausse, les cours étant également de plus en plus mondialisés.

Autre conséquence, les prix des produits de base comme le pain, les pâtes, et donc la viande seraient ceux qui augmenteraient le plus. Cela n’est pas sans rappeler la fin 2008 et les émeutes de la fin qui s’en étaient suivis.

Mais dénoncer n’est pas tout, encore faut-il trouver des palliatifs à ces catastrophes toutes plus financiarisées que les autres. Il en existe bien une dont on entend timidement parler dans les réunions du monde agricole : la contractualisation.

Mais là, on retombe dans la méfiance des lobbies des grands agriculteurs, plus prompts à tenter de jouer les cours en bourses que les partenaires gagnants-gagnants avec les consommateurs. La contractualisation qui marche très bien, c’est celle des AMAP. Les consommateurs s’engagent contractuellement à prendre une quantité de produits pour un montant donné établi à l’avance à un producteur. Ramené au blé, au lieu de vivre des « yoyos » faisant valser les prix de 105 à 260 € la tonne, rie n’interdit dans une même filière une contractualisation à 150 ou 160 € sur une durée plus longue. Tout le monde est sécurisé, l’agriculteur dispose d’une garantie, le client aussi.

Au lieu de cela que préfère chacun de ces deux interlocuteurs, jouer la carte de l’aléatoire. Le producteur va « espérer » une mauvaise année de récolte des autres tout en espérant simultanément une bonne récolte pour lui-même. Le client industriel espère lui de son côté une surproduction faisant baisser ses prix d’achats, qu’il ne répercutera jamais vers les clients consommateurs en bout de chaîne.

Toujours et toujours le même refrain final : comment tirer profit des misères du monde pour que les plus faibles d’entre nous soient toujours ceux qui paient le plus cher le prix de ce manque généralisé de solidarité.

 

Lire la suite

BP : Tout va - financièrement - bien

8 Août 2010 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

Lu dans "Le Monde", les recettes du deuxième trimestre 2010 de BP seront de l'ordre de l'ordre de 75 Mds de dollars (Mds, lire millards !). Ce n'est pas tout, ce chiffre est calculé avec une provision d'environ 30 Mds de dollars de dévalorisation due à la marée noire, et aux 20 Mds de dollars que réclame l'administration Obama au pétrolier.

Les boursiers recommanderaient donc cette société aux candidats investisseurs.

Tout va vraiment bien ! Passée la première seconde où l'on se prend toujours à rêver de consommateurs se lançant dans une opération de boycott généralisée sur les poduits de la société en question, on retombe vite sur la réalité de tous les jours. Quand le quidam de base que nous sommes tous fait son plein, on ne sait pas à qui on achète le baril de pétrole. Et puis BP est-il tellement moins honorable que EXXON ou TOTAL ?

De plus, se limiter à ne plus faire le plein dans les stations BP, serait vaine initiative, car, non seulement la société vient de vendre son réseau de stations pour se "faire du cash", mais les produits pétroliers se retrouvent dans tellement de dérivés que l'on ne sait pas quelle quantité de pétrole on achète dans quels produits !

Non, il nous faut organiser une production différente, avec un modèle économique différent. Nous ne mettons pas assez en avant le modèle coopératif, nous n'en faisons pas assez la promotion.

Le pétrole, comme l'eau, comme les matériaux sont le bien commun de l'humanité. Nous devrions imaginer comment en penser une utilisation, entre les hommes, entre les continents qui soit plus collective, plus partagée. La concession de NOS richesses à quelques uns ne sont pas un bon calcul.

Alors si vous avez de l'argent à placer, regarder du côté de l'IES, du Crédit Coopératif, ou directement d'une coopérative à côté de chez vous.

Lire la suite

Farines animales... le retour

5 Août 2010 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

farinesIl y a déjà 20 ans c'était l'épidémie de la vache folle. Panique, la maladie de Creutzfeldt-Jakob devient la hantise de tous les mangeurs de viande. Pointées du doigt, les farines animales qui servaient d'apport protéiniques à nos ruminants que l’on voulait transformer en carnivores.

Au passage, cette crise sanitaire en a entrainé une autre une crise agricole du secteur.

20 ans après, sous quelle pression de quels lobbys, la commission européenne envisage donc d’autoriser à nouveau les farines animales.

C’est étrange à quel point les pouvoirs publics libéraux n’arrivent pas à retenir les leçons du passé. J’imagine sans peine que les coûts de production devraient baisser, et que donc, ce sont les conditions économiques qui prévalent.

Le véritable problème n’est pas là. Un véritable projet consisterait à produire des protéines végétales sur notre territoire. C’est la même problématique que les aliments OGM. A quoi sert-il de vouloir faire traverser les océans aux farines OGM d’Amériques du sud ? A quoi cela seret-il de vouloir reconvertir ces stocks de déchets animaux en source potentielles de prions.

Pour information, une jeune femme en Italie est tombé dans le coma la semaine dernière atteinte de la maladie de Creutzfeldt-Jakob

Lire la suite

Albi au patrimoine mondial de l'UNESCO

4 Août 2010 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Grand Albigeois

albi-cathedraleC'est une excellente nouvelle pour la ville d'Albi, pour l'agglomération, pour le département du Tarn et pour la Région Midi-Pyrénées. Il est assez spectaculaire de constater l'afflux dès la première journée de visiteurs de la cathédrale, et tout simplement le nombre de touristes sur la place, sur le pont vieux et dans le vieil Albi.

Bien sûr il est trop tôt pour en tirer des enseignements au niveau économique; Même les restaurateurs, et les hôteliers ont déjà témoigné d'un afflux de clientèle. Mais le passage que ce classement va immanquablement engendrer ne manquera pas de générer une activité économique de proximité que tout le monde appréciera.

Un grand bravo à tous ceux qui ont porté ce projet, à tous ceux qui ont cru et investi dans la ville depuis plus de trente ans maintenant, et à tous ceux qui liront cet article, ne manquez pas de faire la promotion de la cité épiscopale

Lire la suite