Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

François Hollande est attendu le 21 mars

29 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

Après François Bayrou puis Nicolas Sarkozy, un autre candidat à la présidentielle fera bientôt étape dans le Tarn. François Hollande est en effet attendu le mercredi 21 mars. Si la date est déterminée, le programme n'est lui, pas encore calé. «Il sera officialisé 10 jours avant» indique Gérard Poujade, le secrétaire fédéral du parti socialiste.

Le candidat, principal challenger du président sortant, devrait passer la matinée à Toulouse où une visite du site du Cancéropole est envisagée. Le reste de la journée se passerait dans le Tarn avec trois villes au menu de François Hollande: Carmaux, Albi et Castres. Dans quel ordre ? Rien n'est figé mais selon Gérard Poujade, «François Hollande fera un discours à 18 h 30, probablement à Castres, dans le cadre d'une réunion publique». Auparavant, il devrait se rendre à Carmaux, passage quasi-obligé, où un banquet républicain pourrait se tenir. Albi figure également au programme. «Nous avons des demandes de toutes les sections du département qui veulent recevoir Hollande, poursuit Gérard Poujade. Au final, c'est l'équipe de campagne du candidat qui choisira. Cela dépendra des thèmes retenus. L'important c'est qu'il vienne dans le département. Ensuite, que la réunion publique ait lieu à tel ou tel endroit, ce n'est pas le plus important.»Hollande Poujade CAstres

A Carmaux, le maire se prépare à recevoir l'ancien premier secrétaire du PS. «En 2006, François Hollande était déjà venu à Carmaux à l'invitation de mon prédécesseur René Frayssinet. On se doutait qu'il reviendrait chez nous. Carmaux est un passage obligé, assure Alain Espié. C'est une référence pour le parti socialiste, c'est le pays de Jaurès.»

Balade dans le centre-ville d'Albi

En 1980, François Mitterrand avait lancé sa campagne depuis la cité minière du Tarn, «mais il n'était pas revenu en 88» rappelle le maire. Carmaux avait porté chance au candidat socialiste de l'époque. Si Jospin n'y a pas fait étape en 2002, en revanche Ségolène Royal y avait tenu un meeting il y a 5 ans dans une ambiance surchauffée.

Après ce passage en terre carmausine, François Hollande fera une halte à Albi où Bernard Gilabert, le responsable de la section PS, se rejouit de l'accueillir: «Notre souhait est d'avoir un bain de foule et d'organiser une petite balade d'une heure depuis le Vigan en passant dans les rues piétonnes du centre-ville. On aimerait un contact direct avec les habitants». Le programme définitif de cette journée de campagne en terre tarnaise sera dévoilé en find e semaine prochaine.

La Dépêche du Midi, 29/02/2012

Lire la suite

Du Grenelle à la démission de NKM

26 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

Dans la logique de tout et son contraire, ce mandat aura été celui de tous les abandons. Rappelez-vous la signature de la charte pour l'environnement, le Grenelle de l'Environnement.

Et puis rappelez-vous les abandons successifs...

L'abandon de la taxe carbone qui laisse un champ largement ouvert aux produits d'importation. Les mêmes ont beau jeu maintenant de dire qu'il fait produire français.

L'abandon de l'agriculture traditionnelle, la fin de l'aide au CUMA, l'agriculture biologique abandonnée en rase campagne.

L'abandon, la démission devant les communes qui ne jouent pas le jeu et n'appliquent pas la loi SRU.

Et pour finir l'abandon du poste de Ministre de l'écologie... sans remplacement. Comme une preuve que ce ministère n'était qu'un ministère de l'affichage.

J'en veux pour preuve l'inexistence du plan de la performance énergétique, le vide sidéral du plan d'anticipation du changement climatique.

Et on parlera de mensonges, de renoncement. Voilà, jusqu'aux derniers moments, Sarkozy se sera, dans ce domaine aussi, moqué de tout le monde

Lire la suite
Lire la suite

Emploi et développement économique : extrait du discours de F. Hollande au Mans le 23 février 2012

24 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

Alors, notre premier engagement, c’est bien sûr pour l’emploi. Et c’est pourquoi, dans le projet que j’ai présenté devant les Français, la première priorité, c’est le redressement économique. C’est d’avoir des filières industrielles – vous en connaissez, ici, elles sont excellentes : l’automobile, le ferroviaire, l’industrie agroalimentaire. C’est d’avoir ces filières, c’est de les soutenir. C’est d’avoir aussi la capacité de dominer la finance, pour qu’elle soit au service du financement de l’économie.

L’emploi, le travail, c’est de permettre aux PME d’être encouragées, soutenues, développées. D’où l’idée de la banque publique d’investissement qui s’appuiera sur les fonds des conseils régionaux pour intervenir au capital ou sous forme de prêt aux petites et moyennes entreprises. L’emploi, c’est ce que nous stimulerons par une politique fiscale qui sera favorable aux PME, avec des taux d’imposition sur les sociétés qui seront plus bas pour les petites entreprises et plus élevés pour les grandes.Francois-Hollande-Albi-1.jpg L’emploi, c’est ce que nous favoriserons en faisant en sorte que l’impôt sur les sociétés soit plus élevé lorsque le bénéfice est distribué aux actionnaires et moins élevé lorsqu’il est réinvesti dans l’entreprise. L’emploi, toujours, c’est à travers le contrat de génération, celui qui permettra à l’employeur qui gardera un senior le temps qu’il puisse préparer sa retraite et qui embauchera un jeune – mais avec un contrat à durée indéterminée. Le contrat de génération permettra à cet employeur de ne plus payer de cotisations sociales sur les deux emplois.

 

Et puis nous avons le devoir, dans une période difficile pour la jeunesse, de faire que dans les quartiers notamment, les plus frappés par le chômage, que ces emplois jeunes, ces emplois d’avenir soient consacrés justement à ces jeunes, pour leur permettre de retrouver confiance en eux-mêmes et capacité pour agir. Oui, je ferai même en sorte qu’aucun jeune de 16 à 18 ans ne se retrouve sans solution. Et celui qui ne sera pas en formation, en apprentissage ou dans l’éducation nationale devra avoir un service civique. Parce que je ne veux qu’aucun jeune de 16 à 18 ans soit mis de côté, abandonné, oublié, relégué.


Le travail, l’emploi, c’est ce que nous essaierons de préserver. Mais quand il y aura des mutations économiques – car il y a toujours des changements qui s’opèrent dans l’économie –, eh bien il y aura la sécurité sociale professionnelle : celle qui permettra à tout salarié menacé par un licenciement ou obligé d’accepter une mutation, une mobilité, d’avoir une formation qui sera de droit. Parce que le rôle de la puissance publique, ce n’est pas d’attendre qu’un salarié devienne chômeur pour lui venir en soutien, c’est de lui permettre comme salarié d’avoir une formation qui lui permettra d’avoir un nouvel emploi sans passer par la case chômage !

Vouloir l’emploi, le travail, c’est lutter contre la précarité. Faire en sorte que les entreprises qui recrutent avec des contrats à durée indéterminée paient moins de cotisations chômage que les entreprises qui recourent de manière abusive aux CDD, à l’intérim ou aux formules précaires.

Voilà ce que je veux : mettre le travail au cœur de la société. Et pour cela, je n’ai pas besoin d’opposer les chômeurs aux salariés. Je n’ai pas non plus nécessité d’opposer les salariés du privé aux salariés du public. Je n’ai pas besoin d’opposer les Français et les étrangers. J’ai simplement à dire que le devoir de celui qui sera le prochain président de la République, c’est de mettre l’emploi et le travail au cœur de ses décisions : décisions budgétaires, décisions financières, décisions économiques. Et de mobiliser l’ensemble des acteurs économiques pour que nous ayons toujours cette volonté de préférer l’emploi, le travail, au chômage et à la précarité.

 

Articles complémentaires sur le thème "Emploi et développement économique":


  • Consultez le Communiqué de presse d'Alain Vidalies, Responsable du pôle Emploi dans l'équipe de campagne de François Hollande, publié le 23/02/2012, en cliquant sur le lien ci-dessous:

L'Insee publie aujourd'hui une étude comparative sur le coût du travail des pays européens. Alors que Nicolas Sarkozy se présente comme le candidat de la compétitivité, après avoir été le Président du déclin, les chiffres présentés par l'institut de la statistique apportent un démenti cinglant au discours du candidat sortant pour justifier l'augmentation de la TVA. 

 

  • Consultez le Communiqué de Bruno Le Roux, Porte-parole de François Hollande: "Emploi, la démission d'un président", publié le 21/02/2012, en cliquant sur le lien ci-dessous:

Avec 9,9% de chômeurs, un niveau jamais atteint au cours des années 2000, l'invention saugrenue d'un référendum sur le chômage est devenue le nouveau théâtre des gesticulations contradictoires du tandem Sarkozy/Fillon. Une fois de plus, l'UMP n'a rien trouvé de mieux à faire que de désigner un ennemi de l'intérieur qu'il faudrait combattre pour rechercher le salut de la France.

 


Lire la suite

François Hollande : Je veux faire de la France la nation de l'excellence environnementale

20 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

Extraits des 60 Propositions de François Hollande

41

Je préserverai l’indépendance de la France tout en diversifiant nos sources d’énergie. J’engagerai la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à 50% à l’horizon 2025, en garantissant la sûreté maximale des installations et en poursuivant la modernisation de notre industrie nucléaire. Je favoriserai la montée en puissance des énergies renouvelables en soutenant la création et le développement de filières industrielles dans ce secteur. La France respectera ses engagements internationaux pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans ce contexte, je fermerai la centrale de Fessenheim et je poursuivrai l’achèvement du chantier de Flamanville (EPR).

 

42

Je ferai adopter une nouvelle tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz afin de garantir l’accès de tous à ces biens essentiels et d’inciter à une consommation responsable. Elle permettra de faire sortir de la précarité énergétique 8 millions de Français.

 

43

Je lancerai un vaste plan qui permettra à 1 million de logements par an de bénéficier d’une isolation thermique de qualité. Seront ainsi créés des dizaines de milliers d’emplois. Les économies de chauffage qui en découleront redonneront du pouvoir d’achat aux ménages.

Lire la suite

Législatives 2012 - Première circonscription du Tarn

16 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

Les élections législatives du 10 et 17 juin 2012 désigneront, après l'élection présidentielle, une nouvelle majorité. Pour la première circonscription, je serai candidat du Parti Socialiste, avec la suppléance de Catherine Muller. 

Diapositive1

 

La nouvelle première circonscription regroupe 16 cantons et 89 communes:

 

POUJADE-14.JPG
Canton de Alban: 7 communes
Alban, Curvalle, Massals, Miolle, Paulinet, Saint-André et Teillet
 
Canton de Albi-Centre: 1 commune
Albi

Canton de Albi-Est : 2 communes
Albi et Fréjairolles
POUJADE-9.JPG
Canton de Albi-Sud : 6 communes
Albi, Carlus, Puygouzon, Rouffiac, Saliès et Le Séquestre
Canton d'Anglès: 3 communes
Anglès, Lamontélarié et Lasfaillades
Canton de Brassac : 5 communes
Le Bèz, Brassac, Cambounès, Castelnau de Brassac et le Margnès
POUJADE-7.JPG
Canton de Castres Est: 1 commune
Castres
Canton de Castres Sud : 1 commune
Castres
Canton de Lacaune: 7 communes
Berlats, Escroux, Espérausses, Gijounet, Lacaune, Senaux et Viane
POUJADE-6.JPG
Canton de Montredon-Labessonnié: 4 communes
Arifat, Montredon-Labessionnié, Mont-Roc et Rayssac

 

Canton de Murat-sur-Vèbre: 4 communes
Barre, Moulin-Mage, Murat-sur-Vèbre et Nages
 
Canton de Réalmont: 16 communes
Dénat, Fauch, Labastide-Dénat, Laboutarié, Lamillarié,Lombers, Orban, Poulan-Pouzols, Réalmont, Ronel, Roumégoux, Saint-Antonin-de-Lacalm, Saint-Lieux-Lafenasse, Terre-Clapier et Le Travet
POUJADE-12.JPG
Canton de Roquecourbe: 6 communes
Burlats, Lacrouzette, Montfa, Roquecourbe, Saint Germier et Saint-Jean-De-Vals
Canton de Vabre: 6 communes
Ferrières, Lacaze, Le Masnau-Massuguiès, Saint-Pierre-de-Trivisy, Saint-Salvi-de-Carcavès et Vabre

 


Canton de Valence-d'Albigeois: 14 communes
Assac, Cadix, Courris, Le Dourn, Faussergues, Fraissines, Lacapelle-Pinet, Lédas-et-Penthiès, Padiès, Saint-Cirgue, Saint-Julien-Gaulène, Saint-Michel-Labadié, Trébas et Valence d'Albigeois
Canton de Villefranche-d'Albigeois: 9 communes
Ambialet, Bellegarde, Cambon, Cunac, Le Fraysse, Marsal, Mouzieys-Teulet, Saint-Juéry et Villefranche d'Albigeois
POUJADE-13.JPG

 

Lire la suite

Les engagements du « Contrat social pour le logement » de la Fondation abbé Pierre

16 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

1. Atteindre l’objectif de 500 000 logements par an, dont 150 000 logements locatifs vraiment sociaux 

2. Lancer, dès la 1re année de mon mandat, un plan de conventionnement visant 100 000 logements à loyers accessibles par an 
3. Encadrer les loyers du parc privé, notamment à la relocation 
4. Améliorer la couverture des aides personnelles au logement, 
5. Généraliser le signalement précoce des impayés de loyers 
6. Éradiquer les 600 000 logements indigne 
7. Renforcer l’article 55 de la loi SRU 
8. Réformer la fiscalité immobilière 
9. Relancer la rénovation urbaine dans les quartiers d’habitat populaire 
10. Mettre en place des autorités organisatrices et régulatrices de l’habitat et du logement

Sont repris ci-dessus les 10 engagements signés le 1 er février à la  Fondation Abbé Pierre.

Il est à noter l'objectif 3 consistant à encadrer les loyers du parc privé. Le 1 février le Président n'était pas encore candidat et c'est Henri Guaino qui était présent pour signer cette charte.

Mais depuis lors le Président devenu candidat, ne cesse de crier à l'irresponsabilité devant cet encadrement des loyers. Plusieurs questions se posent. Le dorénavant candidat signe-t-il des chartes d'engagement pour faire comme tout le monde, et ne prend pas la peine de lire ces textes ? Les préconisations de la fondation Abbé Pierre ne seraient-elles pertinentes qu'à condition de demeurer des incantations ? Ou faut-il s'appliquer comme règle en politique de faire ce que l'on dit ?

Le cynisme en politique deviendrait-il la règle ?

Lire la suite

Les SCIC ont 10 ans

9 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #France

Cet après-midi, à Paris, la fédération nationale des cuma et l'union nationale des SCOP fêtent les 10 ans du statut des SCIC.

J'y interviendrais pour deux raisons :

- d'une part pour évoquer la tarification sociale et progressive de l'eau, et dire comment l'eau pourrait être gérée sous la forme de SCIC.

- dire que ce statut doit évoluer pour que les collectivités puissent augmenter leur participation au capital des SCIC, et ensuite voir comment les mêmes collectivités pourraient utiliser le "in house" propre aux SPL pour faire travailler les SCIC dans lesquelles elles sont actionnaires.

 

Par ici le programme

 

 

Lire la suite

Le projet de François Hollande sur la santé

3 Février 2012 , Rédigé par Gérard Poujade Publié dans #Développement durable

Le projet de François Hollande pour la santé s'articule autour de trois axes: mieux prévenir, mieux guérir et mieux garantir. La santé occupe un place de choix dans le projet présidentiel et ses engagements se déclinent en de nombreuses mesures:

Pour une protection de l'hôpital et du service public de la santé: 

  • Réformer la tarification des hôpitaux pour mettre fin à leur assimilation avec les établissements privés;
  • Considérer l'hôpital comme un service public et non comme une entreprise;
  • Améliorer la prise en compte de la santé publique, notamment en augmentant la part de rémunération forfaitaire des médecins généralistes.

Pour une égalité de l'accès aux soins sur tout le territoire:

  • Favoriser une meilleure répartition des médecins par la création de pôles de santé de proximité dans chaque territoire;
  • Fixer un délai maximum d’une demi-heure pour accéder aux soins d’urgence.

Pour une santé accessible:

  • Encadrer les dépassements d’honoraires;
  • Favoriser une baisse du prix des médicaments;

Supprimer le droit d’entrée dans le dispositif de l’aide médicale d’Etat.


Le bilan du Président sortant : la santé mise à mal

Sur les cinq dernières années, la santé a été au nombre des victimes de la politique du président sortant: l'accès aux soins, l'hôpital public, les crises et le budget de la sécurité sociale ont tous été mal traités, mal gérés. 

Des difficultés croissantes d’accès aux soins : 50% du montant des soins courants ne sont plus remboursés, ce qui oblige de plus en plus de Français à sacrifier leur santé pour des raisons économiques.

L’hôpital public maltraité : de sévères coupes budgétaires et des réductions des effectifs conduisant à une véritable souffrance de la part des personnels de santé, dont les résultats sont systématiquement jugés à l'aune de ceux du secteur privé, sans prise en compte de la notion de service public.

Une mauvaise gestion des crises: que ce soit celle du Médiator ou des prothèses mammaires PIP, le gouvernement n'a pas su prendre les bonnes mesure au moment opportun.

Une irresponsabilité financière exceptionnelle : le déficit cumulé de la sécurité sociale depuis 2009 atteint 37 milliard d'euros, remettant en cause l'équilibre à terme de notre système de protection sociale.

Lire la suite