Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour changer durablement la gestion politique du monde entier, il y a deux grandes possibilités :

-         Changer le Président des États-Unis,

-         Ou changer, tous, un certain nombre de nos pratiques.

 

La première alternative n’est pas bien commode, principalement si l’on n’est pas citoyen américain. De plus encore faut-il un remplaçant qui change radicalement de politique !

Soit nous déciderions tous de changer de politique. Alors je vous engage… à changer le monde, rien de moins !

Pour cela, je vais vous apprendre comment boire le café.

Leçon 1 : L’achat du café.

Faites en sorte d’acheter du café issu du commerce équitable. Il n’est pas bien plus cher, mais il vous permet de lutter contre la pauvreté dans le monde. Une partie de l’argent de ce café sert à mettre en place des projets de développement sur les zones même d’exploitation. Préférez les labels reconnus (Max Havelaar, Éthique directe), car certains acheteurs mondiaux créent leur propre café équitable avec un label maison plus douteux.

(Chapitre 3  de l’agenda 21 mondial de Rio : lutte contre la pauvreté)

Leçon 2 : le récipient.

Là, le monde se divise en deux. Il y a ceux qui boivent dans un gobelet plastique et ceux qui utilisent une tasse. Le premier choix n’est pas le bon, il consomme de la matière issue pour la plus grande majorité des gobelets de l’industrie pétrolière, cela consomme de la ressource d’une part, et surtout, ce comportement génère un déchet qui n’est pas biodégradable, et qui va coûter à la collectivité pour son enlèvement et son traitement. Le second choix permet une très grande réutilisation. En effet, devant l’absence de statistiques, on peut tout de même évaluer à plusieurs centaines le nombre d’utilisation d’une tasse.

(Chapitre 9 de l’agenda 21 mondial de Rio : la protection de l’atmosphère et gestion économe des ressources fossiles)

Leçon 3 : sucré ou non sucré ?

A ce stade, trois choix s’offrent à vous :

-         Vous ne sucrez pas,

-         Vous mettez un sucre,

-         Vous mettez deux sucres ou plus.

Rien à dire dans le premier cas, si ce n’est que c’est la solution la moins coûteuse. Avec un sucre, le coût sera un peu plus élevé, mais vous avez le droit d’avoir le goût pour du café sucré. Il faut tout de même savoir qu’il existe du sucre issu du commerce équitable (voir leçon 1). A partir du deuxième sucre, vous mettez en péril votre santé. A chaque sucre supplémentaire vous creusez un peu plus le trou de la sécurité sociale.

(Chapitre 6 de l’agenda 21 mondial de Rio : protection et promotion de la santé)

Leçon 4 : lavez votre tasse !

Dans toutes les collectivités, les éviers sont pleins des tasses qui restent à laver. Il y aura bien quelqu’un pour le faire ! Hors dans plus de 80 % des cas, c’est une femme qui va nettoyer ces tasses. La leçon vaut donc pour nous messieurs, en lavant chacun sa tasse, nous participons à une place équivalente pour la femme dans notre société.

(Chapitre 24 de l’agenda 21 mondial de Rio : la place et la participation de la femme dans la société)

Leçon 5 : Que faire du marc de café ?

La destination majoritaire du filtre plein de son marc est la poubelle. Quel manque de discernement ! Ce que vous jetez est essentiellement composé d’eau. La place naturelle est dans votre composteur le plus proche. Si vous n’en disposez pas – tout d’abord c’est une erreur – vous pouvez utilement jeter le marc à la base de vos plantes d’appartement. Si vous ne disposez pas de plantes d’appartements, mais dans quel monde vivez-vous, vous avez enfin la possibilité de verser le marc dans votre évier. Le marc jeté dans la poubelle, ce sont des kilogrammes supplémentaires qui vont également coûter à la collectivité, ce sont plusieurs kilos par ans qui sont ainsi inutilement perdus.

(Chapitre 21 de l’agenda 21 mondial de Rio : gestion écologique des déchets)

Leçon 6 : la machine à café.

Quand vous faites du café, vous êtes oublieux de ce que vous faites. Rappelez-vous combien de fois vous avez laissé votre machine à café allumée, toute une matinée, toute une journée. Qui paie ? Vous un peu et tout le monde beaucoup. Il s’agit d’une dépense énergétique en pure perte. Elle obère votre pouvoir d’achat, et ne vous apporte aucun service. De plus chaque litre de pétrole, de ressource que vous consommez est perdue pour toute l’humanité.

(Chapitre 7 de l’agenda 21 mondial de Rio : Promotion d’un modèle viable d’établissements humains, lutte contre le gaspillage)

Leçon 7 : Et après le nettoyage ?

Une fois la tasse lavée, vous avez à nouveau trois choix :

-         Laisser sécher votre tasse sur un égouttoir,

-         La sécher avec un essuie-tout en papier,

-         La sécher avec un torchon.

La première méthode est la plus sensée. Elle ne coûte rien et ne consomme aucune ressource. Avec un essuie tout, vous consommez beaucoup d’énergie nécessaire à la fabrication du papier, et même s’il existe du papier recyclé, il s’agit en l’occurrence d’un mauvais calcul.

Enfin, si vous devez ranger vos tasses, préférez le bon vieux torchon, il peut être réutilisé.

(Chapitre 11 de l’agenda 21 mondial de Rio : la lutte contre le déboisement)

 

Conclusion :

La première des règles en matière de développement durable est l’humilité et la modestie. Une fois intégrée ce premier niveau de compréhension du monde, la réussite passe par l’abnégation et la reproduction à l’infini dans tous nos gestes.

Si vous faites savoir cette manière de faire de la politique, vous participerez au chapitre 40 de l’agenda 21 mondial de Rio : Informations pour la prise de décisions.

 

PS : Au fait pour le torchon de la dernière leçon, il vous faut savoir qu’il existe maintenant du coton issu du commerce équitable !

Tag(s) : #Développement durable

Partager cet article

Repost 0