Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gérard Poujade

La Dépêche du Midi - Publié le 15/06/2012

« Ils ne partiront pas en vacances ensemble » glisse un spectateur qui assistait hier soir au débat organisé par la radio 100 % et La Dépêche du Midi entre les deux candidats en lice pour le second tour dimanche des élections législatives sur la 1re circonscription du Tarn Albi-La Montagne-Castres. Il faut dire que les échanges ont été vifs entre le député centriste sortant Philippe Folliot et le socialiste Gérard Poujade arrivé en tête au 1er tour avec 35,71 %. C'est sans doute fort de cette avance de 11 points sur son adversaire et poussé par la vague rose de l'après élection de François Hollande que Gérard Poujade paraissait plus décontracté face à un Philippe Folliot plus tendu et sur la défensive. Les deux hommes se sont livrés à un duel acharné y allant tour à tour de leurs petites phrases bien senties pour désarmer son concurrent. Une joute verbale à la hauteur de l'enjeu pour cette circonscription redécoupée et atypique. Morceaux choisis.


Poujade : «Moi c'est clair, on sait ce que je vais voter»

Positionnement politique et soutien. « Tous les élus républicains socialistes et radicaux de la circonscription sont dans mon comité de soutien contrairement à ce qu'autoproclame M. Folliot qui parle de division dans mon camp. Alors que vous, pas un seul élu de l'UMP vous soutient. François Mitterrand disait que le centre est ni de gauche, ni de gauche. Et dans le Tarn, l'UMP, a l'air de dire de vous que vous n'êtes ni de droite, ni de droite. Mais c'est le propre des girouettes de ne pas savoir où elles sont. Moi je suis un candidat clair qui représente le camp de François Hollande et qui appliquera son programme. On sait comment je vais voter au parlement. Vous, vous êtes un attrape-tout de la politique, en déshérence derrière Bayrou que vous avez soutenu et dont vous ne partagez pas un point sur deux de son programme. Si vous êtes élu on ne saura jamais ce que vous allez voter à l'Assemblée. Alors votez pour vous c'est vous signer un chèque en blanc ».

L'autoroute. « L'agglomération de Castres et Mazamet doit être désenclavée. Mais pour l'autoroute, personne ne sait ce qu'il sera demandé aux collectivités locales ».

Non-cumul des mandats. «Moi si je suis élu député, je me l'appliquerai à tous mes mandats exécutifs, c'est-à-dire que je quitterai mes fonctions de maire du Séquestre et de vice-président de l'agglomération albigeoise. Mais je resterai conseiller régional qui n'est pas un mandat exécutif. Vous êtes pour le strict non-cumul des mandats mais vous vous êtes présenté à la mairie de Castres, donc vous comptiez cumuler ».

Rôle du député. « Un député a vocation de travailler avec les collectivités locales. Et son rôle est de ramener sur place ce qui se passe à Paris. Je veux être un relais efficace sur le terrain des politiques mises en place au niveau national. Vous, vous confondez réunion de travail avec réunion de comité des fêtes. Ce n'est pas la même chose ! Et si votre bilan est si bon, il faudra m'expliquer pourquoi vous ne faîtes que 25 % au premier tour ».


Folliot : «La vérité n'est pas toujours dans un camp»

Positionnement politique et soutien. « Je suis un gaulliste social de centre droit. Et l'UMP dans le Tarn a choisi une option incompréhensible pour ses militants, sympathisants et électeurs. Mais peu importe la cohérence, l'important pour l'UMP tarnaise c'est que je sois battu, simplement à cause d'inimitiés et de querelles de personnes qui n'ont rien à faire là-dedans. Les électeurs ont le choix entre un candidat du PS et moi, du centre droit, apparenté Nouveau centre pendant 5 ans. Le reste c'est de l'écume qui n'éclaircit pas le débat. Si voter pour moi c'est signer un chèque en blanc selon vous, voter pour vous, c'est signer un chèque en bois puisque le programme de François Hollande n'est pas financé, il a été élu sur de l'illusion. Et si vous voulez être un député godillot, moi ce n'est pas ma conception de la politique. Je refuse cette posture de voter systématiquement pour tout quand on est dans la majorité et contre tout quand on est dans l'opposition. Être député, c'est aussi avoir une dose de responsabilité personnelle et la vérité n'est pas toujours dans un camp ».

L'autoroute. « Je n'ai jamais changé d'avis, je suis pour une autoroute entre Castres et Toulouse parce qu'il n'y a pas d'autres alternatives. C'est soit une autoroute maintenant, soit une 2X2 voies aux calendes grecques. Et si on peut parler de l'autoroute aujourd'hui, c'est parce que j'ai fait voter un amendement lors du Grenelle de l'environnement. Mais vous, vous êtes dans le flou artistique sans pouvoir dire si vous êtes pour ou contre ».

Non-cumul des mandats. « Je suis pour le vote d'une loi de moralisation de la vie politique qui inclut le strict non-cumul des mandats. Alors que vous, vous cumulez tout ce que vous pouvez ».

Rôle du député. « J'ai un bilan. J'ai une présence connue et reconnue sur le terrain. Et dans le même temps, je suis classé 33e député sur 577 pour son travail parlementaire. Le député doit être le lien entre le local et le national. Le territoire a besoin de relais à Paris. Et la France a besoin de pluralisme politique. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article