Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le changement climatique observé et accepté par la communauté scientifique appelle deux actions : une pour atténuer les modifications climatiques, et une pour anticiper les changements déjà connus qui affecteront le pays.

Le PNACC se doit de traiter cette seconde partie.

En 2001, le gouvernement français a mis en place l'ONERC (Observatoire National des Effets du Réchauffement Climatique). Le travail mené par tous les experts et toutes les parties prenantes associées à la consultation est à noter, et l'ensemble des acteurs est à féliciter.

En revanche, les réponses apportées par le gouvernement, présentées par Mme N. Kociusko-Morizet, ne paraissent en aucun rapport avec l'enjeu. Un financement de 170 M€ pour répondre aux défis qui attendent la France paraît comme une goutte d'eau dans ces océans dont le rapport ne cesse de prédire la montée du niveau.

Mme la Ministre donne en exemple ce qu'il faudrait faire pour économiser l'eau. Et de citer la réfection des réseaux pour rattraper les 30, 40, ou 50% de fuite que ceux-ci engendrent.  Les véritables chiffres devraient se situer 10 fois plus haut pour répondre à cette seule problématique.

Il est question de mettre en place des observatoires sur l'évolution des espèces, c'est indispensables, sur l'observation des maladies, tout aussi indispensable, d'écrire de nouveaux cahiers des charges pour les réseaux de transports (des routes qui accepteraient des conditions climatiques nouvelles, des voies de chemins de fer dont la dilatation des rails risquerait de perturber la circulation des trains), toujours une bonne idée. Mais où sont les moyens ?

Pour la seule région Midi-Pyrénées, le plan rail de mise à niveau du réseau régional, c'est 800 M€ qu'il a fallu mobiliser, et ce montant sera insuffisant.

Il est également question de la forêt et du nécessaire changement des essences à planter, mais là aussi, un voile pudique est porté sur les financements.

A plusieurs reprises dans le PNACC, il est évoqué le relèvement des digues pour lutter contre la montée des eaux, là aussi sans chiffrage.

Ce PNACC est plutôt un Plan d'études aux besoins d'Anticipations au changement climatique. Mme la Ministre a voulu faire un effet d'annonce en présentant son plan comme celui qui permettrait d'anticiper, mais la politique réelle et concrète reste encore à écrire.  

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost 0